Toutes les routes mènent-elles à Ubud?

PARENTHESE BALINAISE #2: KITCHEN HANDS REUNION

Comme le hasard fait vraiment bien les choses, avec Clémentine on réalise qu’on sera à Bali exactement à la même période. Elle aussi fait un stop over à Bali, juste avant de rentrer en France. Je suis plus qu’enchantée à l’idée de la revoir, considéré que j’avais pleuré comme une madeleine lors du départ de mon amie en janvier dernier à Te Anau.

On va passer une bonne semaine ensemble, à explorer en profondeur l’île des Dieux.

-Retrouvez mes aventures balinaises ICI !-

(Read this post in English, baby!)

Forêt des singes d’Ubud

 Il ne nous reste plus que deux jours ensemble avec Clémentine. On s’installe ensemble au Karma House Homestay, un endroit charmant en plein centre-ville mais pourtant en retrait de sa frénésie, dans une ruelle paumée. On se balade, on flâne, on se pédicure (en vert flashy oui), on se régale de bouffe indonésienne et on se lève le matin en dansant.


FAIR WARUNG BALE

Dîner au Fair Warung Balé

On découvre le Fair Warung Balé, un restaurant au concept innovant : il s’agit d’un restaurant social, reversant 100% de ses bénéfices (oui 100% !) à la fondation Fair Future dont le but est de construire un nouvel hôpital pédiatrique pour aider les enfants dans les zones rurales isolées, mais aussi de permettre l’accès aux soins médicaux gratuits pour les plus nécessiteux. En prime, le personnel est entièrement composé de jeunes ‘ à problèmes’ entre 15 et 20 ans, pour leur permettre d’apprendre un nouveau job.

La Fondation en question, Fair Future, a été fondée en 2006 par deux suisses et reconnue d’utilité publique. Son but : permettre aux Indonésiens, et particulièrement aux enfants, l’accès à des soins médicaux gratuits dans des espaces dédiés. Leur engagement trouve ainsi son financement avec le restaurant Fair Warung Balé d’Ubud.

Fair Warung Balé

L’endroit, en plus d’être chaleureux et de servir une nourriture clairement délicieuse, est bondé ! Ici, on s’assoit à table avec des étrangers, on discute, on fait connaissance. Les serveurs ont le sourire, et le patron aussi. On fait une bonne action en mangeant comme un gros porc, en faisant un don ou encore en achetant un t-shirt au logo évocateur « If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito » – “Si tu penses être trop petit pour faire une différence, essaie de dormir avec un moustique.”


DANSES BALINAISES

Joged Dance

Ubud est aussi l’endroit parfait pour assister aux spectacles de danses balinaises…

Le premier soir on assiste à un spectacle de Joged Dance, qu’on a tout simplement adoré. Faut dire que le décor était magique, au Water Palace d’Ubud. Le Joged Dance est une danse balinaise traditionnellement accompagnée de gamelan composé uniquement de percussions en bambou. Ce style de danse est uniquement social, en opposition aux danses rituelles ou religieuses.

A la fin de la performance, les danseurs invitent même le public à danser avec eux sur scène. Le spectacle nous a conquises, Clémentine et moi. Je suis restées hypnotisée tout du long, par la musique, par le sourire mutin de certaines danseuses, par leurs atours dorés, et les mouvements aériens de leurs mains. Voyez plutôt :

Le second soir, on assiste à un spectacle carrément différent, dans un temple cette fois. Un Kecak & Fire Dance. Le Kecak est un chœur de percussions vocales balinaises très proche de la transe, utilisé lors des rituels. Dans notre cas, ce chœur racontait l’histoire du Ramayama, une épopée mythologique hindoue, et particulièrement l’épisode où Rama tente de retrouver sa femme, accompagné de son compagnon le singe-démon. Oui bon j’avoue que quand on connaît pas l’histoire, ça reste très confus à regarder. Le chant est hypnotique, tribal, et semble venir de loin, très loin dans le passé. Ça me rappelle les chants maoris auxquels j’ai assisté à Waitangi. Le chant est suivi d’une danse du feu, une Transe Dance où JE LE JURE Y’A UN MEC QUI A MARCHE DANS LES BRAISES CE FOU.


UBUD MONKEY FOREST

Forêt des singes d’Ubud

Impossible de faire l’impasse sur la Monkey Forest lorsque l’on est à Ubud. Bon j’avoue je suis pas fan des singes, ils ont le don de me foutre les chocottes des fois, mais il paraît que si il y a bien une chose à ABSOLUMENT faire à Ubud, c’est celle-là. Je comprends vite pourquoi. La forêt est une putain de forêt enchantée ! Des arbres géants, des lianes qui tombent du ciel, des temples et des statues, difficile de ne pas tomber sous le charme.

Forêt des singes d’Ubud

Et puis il y a… les singes. Qui sont malins comme des singes et viennent fouiner dans ton sac à dos, même si il est fermé. Ils hésitent pas à sortir tout ce qu’il y a dedans d’ailleurs pour trouver un peu de bouffe. Du coup, conseil, ne pas emporter de bouffe avec toi, ils vont le sentir ! Cette forêt comporte plus de 600 macaques sub divisés en 5 groupes territoriaux. Comme ils ont pas peur des humains, il est primordial de faire attention, ne pas les regarder dans les yeux (ce qui serait vu comme une agression), éviter de les toucher, de les nourrir, au risque de se faire mordre et de choper la rage (salut, toi aussi tu flippes maintenant, hein !).

Forêt des singes d’Ubud

Mais sinon, c’est plutôt rigolo de les voir déambuler partout, dans ce décor de jungle, et oui, vraiment, ça en vaut le détour.

Souviens-toi, j’avais déjà fricoté avec les singes au Japon!


GOODBYE (BIS)

Amour & rizières

Pour notre dernier moment ensemble, avec Clémentine on va se balader dans la rizière. Surprises par la pluie, on se réfugie au Sweet Orange Warung, ce café solidaire qui m’avait déjà charmée la première fois. Cette fois, j’y achète une noix de coco qu’on s’amuse à décorer et que je dédicace à Selena, Gina et Larissa avec lesquelles je suis venue la première fois. Les fonds levés par les noix de coco serviront à préserver l’endroit notamment en introduisant petit à petit l’idée du recyclage dans les esprits.

Pour Selena, Gina, Larissa & Clémentine.

C’est dans les rizières, sous la pluie mais au soleil que retentissent nos derniers éclats de rire, un peu mouillés d’émotion. Maintenant, je termine mon aventure balinaise toute seule.

Nos flashy pédicures

UBUD SOLO

Musée Puri Lukisan

Il me reste une bonne journée entière pour apprécier Ubud en solo. Comme il pleut comme vache qui pisse, je décide d’aller faire un tour au musée Puri Lukisan. Ce n’est pas aussi grand ni aussi riche que le musée Pasifika, mais quelques pièces sont vraiment intéressantes. J’aime beaucoup l’endroit, le jardin du musée est superbe. Et avec la pluie, ça lui confère une aura vraiment particulière.

Détails

Pour ma dernière soirée à Ubud, je me décide à aller voir un autre spectacle de danse balinaise, de Longong & Barong cette fois. Le Legong désigne cette manière si partculière qu’ont les danseurs de bouger et tournicoter leurs mains en dansant avec leurs sourires mutins.

Le Barong, c’est la danse qui introduit la figure mythologique du Barong, donc, cette créature qui ressemble à un lion. Il s’agit du Roi des Esprits, qui représente le Dieu. Son ennemi c’est Rangda, le Mauvais Esprit, la Reine du Mal, la Reine des Bitch. L’histoire est très très confuse à mes yeux, et la performance est plutôt longue. En gros, j’ai beaucoup moins aimé que les deux performances précédentes.


Ma nuit à l’Happy Mango Tree est sans surprises. Ce backpacker est beaucoup moins peuplé que le In Da Lodge (peut être parce qu’il n’y a pas de piscine ici) et l’atmosphère invite plutôt à la relaxation. 

J’ai choisi ce que je veux faire de mes derniers jours à Bali, et j’ai réservé une navette pour retourner à Amed. Pour y faire de la plongée sous-marine.

Je l’avais écrit dans ma WishList de 2016, tu te rappelles?

Réalisons des rêves.

Puri Lukisan Museum

Y ALLER :

KARMA HOUSE, Jl. Arjuna No 14 Lingkungan Ubud

FAIR WARUNG BALE, Jl. Sriwedari No. 6, Taman Kaja, Gianyar, Ubud

SWEET ORANGE WARUNG, Ubud

MONKEY FORESTJl. Monkey Forest, Ubud

GANESHA BOOKSHOP (LA LIBRAIRIE LA PLUS COOL DE BALI), Jalan Raya Ubud

Toutes les routes mènent-elles à Ubud?
Tagged on:                                                                                 

2 thoughts on “Toutes les routes mènent-elles à Ubud?

  • 29 May 2016 at 22 h 53 min
    Permalink

    plein les yeux et plein la tête : merci pour ce voyage, ton blog est super!!!! et la vidéo avec le macaque…. je me suis éclatée !!!!!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *