Retour en Otago !

TE ANAU – QUEENSTOWN – WANAKA

Hello New Zealand!

Bali, c’est fini. Je rentre à la maison. Oui, la Nouvelle Zélande c’est ma maison. A l’aéroport de Queenstown, grosse surprise, mon homonyme m’attend patiemment, avec pancarte, sourires et câlins !

Céline²

Comme à la maison, j’te dis !


TE ANAU, CETTE FOIS C’EST LA BONNE

A mon homonyme il ne lui reste plus que 4 jours en Nouvelle Zélande. L’occasion pour elle de réaliser son rêve : une croisière aux Milford Sounds, et l’occasion pour moi de retourner à Te Anau récupérer mes affaires dans la maison du bonheur. On loue une voiture à Queenstown, et en route pour la maison.

Je fais les présentations. Mon homonyme, voici Te Anau, le lac, les mexicains. Les amis, voici Céline, oui elle s’appelle comme moi. Le temps file doucement ici. On se sent bien. On cuisine des carrot coco cakes, des pavlovas aux feijoas, on mange comme on le fait si bien elle et moi depuis nos débuts à Hahei et nos tests de grossesse intempestifs (non, en fait, on est juste grosses, pas enceintes.) Je reçois des applaudissements tonitruants après un ‘naked breakfast’ et je ris, mes chers, je ris à gorge déployée de leur faire découvrir la vidéo de ‘Ma bite, son histoire’.

Carrot coco cake & mexicains

Avec Gové, Edgar, Raùl et Jason, Céline et moi nous sommes à la maison.

Je retourne aussi dans mon autre maison, au 8, Worsley Street, revoir Bruce, Ralph le chien qui m’accueille comme à son habitude, en me sautant dessus comme une tornade. Je partage déjeuners et petits déjeuners avec John, mon ancien housemate, qui me mets au courant de ses dernières aventures au Redcliff. Mine de rien, on est arrivés à Te Anau à peu près en même temps, lui et moi. Les au-revoirs sont difficiles.

Nous dansions dans les rues, cette dernière nuit, Michael Jackson scandait ‘Don’t stop ‘till you get enough’ dans mon téléphone. Nous étions enivrés et heureux après cette dernière soirée au Ranch. Il y a eu tant d’éclats de rire et de tendresse ici…

Avant de partir, Gové m’interpelle dans ma chambre lorsque je fais mes bagages. Il m’offre un pendentif en Pounamu (en greenstone – en jade pour être plus précis). Le Pounamu est considéré ‘taonga’ – trésor- pour les Maoris. Il doit toujours être offert, jamais acheté pour soi-même. Le cadeau m’émeut. Il prend la forme d’un éclair. On tombe dans les bras l’un de l’autre. Mec, j’ai trouvé mon âme sœur, mon coup de cœur amical.

Pour la troisième fois, je pleurais et je voulais pas partir. Te Anau c’était mon havre, Te Anau c’était du bonheur en barres. J’ai laissé un bout de mon cœur au bord du lac.

J’accompagne mon homonyme à l’aéroport de Queenstown. Céline décolle pour Melbourne et un autre WHV en Australie. On a du mal à croire qu’on se quitte ici. Cette journée-là, je suis une vraie fontaine.

Te Anau – Queenstown & pause pipi

QUEENSTOWN BABY

A Queenstown, je retrouve Karan. Karan travaille pour Magic Memories, cette compagnie qui te photographie dans des attractions telles que les Glow Worm Caves de Te Anau ou le Steam Boat de Queenstown. Il vient juste d’emménager à Queenstown, dans cette grande maison à Fernhill qu’il partage avec Hélène, Chakra, Simon et Arjun. Tina, qui bossait au Miles Better Pies de Te Anau, squatte la chambre de Karan aussi. On partage des noodles et des souvenirs colorés de notre endroit préféré.

Queenstown est belle en Automne. Tout est rouge, et  j’aime fouler les feuilles qui jonchent le sol. Il fait si froid qu’on se réunit tous autour du poêle dans le living room cette nuit-là, après avoir enchaîné quelques bars au centre-ville pour danser et mangé des pâtisseries au milieu de la nuit chez Fergbaker (han mais leur croissant aux amandes !)

J’ai revu Pauline, qui m’avait si chaleureusement accueillie sur son canapé la fois précédente, avec laquelle on a partagé un apéro bien drôle. Elle accueillait deux français fraîchement débarqués en Nouvelle Zélande et les hébergeait le temps qu’ils trouvent du travail. Non mais sérieusement, que ce soit Pauline ou Karan, je suis entourée de gens qui ont le cœur sur la main et le sourire scotché au visage. Ma reconnaissance est sans bornes.


MOUNT ASPIRING HUT

J’ai de la chance, Julien (souvenez-vous !) est dans le coin lui aussi. Il est motivé pour aller randonner et viens me chercher avec sa bagnole et son pote César à Queenstown, direction… Mount Aspiring Hut, dans la Matukituki Valley. La route entre Wanaka et le début de la vallée est semée d’embûches, de moutons, de rivières et de rochers. Il faut la mériter c’te rando!

Le track jusqu’à Aspiring Hut est plat et plutôt court (2h de marche environ), mais nous n’irons pas plus loin, ils prévoient de la neige en hauteur et nous ne sommes pas vraiment équipés. On fait la connaissance de Ewan (Ecosse), Martin (Allemagne) et Ben (USA) à la Hut et nous partageons jeux de carte et chocolat cette nuit-là. Plus tard, nous assistons à un lever de lune sur les montagnes. Je suis soufflée. On danse sur ‘Hey Ya !’ sur la table de pique-nique pour se réchauffer.

Le lendemain, direction Rob Roy Glacier, un track de 3h aller/retour qui t’amène directement au pied d’un glacier et ses chutes d’eau vertigineuses. Il fait froid là-haut, mais la vue est superbe. Pendant que Julien nous nourris de cookies, je contemple l’immensité devant moi. Merde. J’ai pas envie de quitter l’île du Sud bordel.


WANAKA LALALA

Wanaka

Wanaka, ENFIN ! On m’en tartine des superlatifs sur Wanaka depuis une éternité, comparant cette petite ville à Queenstown ‘en vachement mieux’, ‘moins peuplé’, ‘plus relax’, ‘plus joli’, et j’en passe. ENFIN, Wanaka je te foule, je te marche, je te contemple. Et Wanaka en Automne, ça envoie du pâté de phoque, les arbres sont super jolis, notamment L’arbre, celui que je vois en photos sur Facebook depuis belle lurette, cet arbre qui semble s’épanouir pépère dans l’eau, à une dizaine de mètres du rivage.

J’alterne les nuits dans la tente ou la voiture de Julien avec des nuits au Hollys Backpacker. La raison ? J’ai chopé la crève de la mort depuis que je suis rentrée de Bali, le décalage de température sans doute. Quand je dors avec Julien, on se paie un emplacement à 5$ au Luggate, un terrain de cricket camping avec douche chaude (wouhou !). Le soir, on tape le squat à l’Irish Pub de la ville, le Fitzpatrick, c’est live music tous les soirs. On devient tellement des habitués qu’on a droit à un sticker sur notre CB qui nous donne droit à des réductions (moi, pilier de bar ? Putain tout arrive on dirait.)


BANNOCKBURN SLUICINGS

Par une belle après-midi, on décide de se promener dans les Bannockburn Sluicings, près de Cromwell. Ces formations rocheuses te rappelle le Grand Canyon (en vachement plus petit, certes), et sont aussi des vestiges de la grande époque des chercheurs d’or dans l’Otago des années 1860’s. Nouvelle-Zélande terre de contrastes, tu passes d’arbres roux avec des lacs immenses au désert rouge en même pas 50km.


ROYS PEAK

Cette rando, je la rêve depuis qu’on m’a montré des photos de la vue. Evidemment, tout le monde me dit que c’est la grosse misère à grimper, mais putain ça vaut le coup. Je ravale ma morve, j’embarque mes dolipranes et 3 paquets de mouchoirs et c’est parti mon kiki. Julien et César crapahutent comme des cabris, alors que moi je suis séchée en même pas une heure. (Pour info, cette rando est supposée durer entre 5 et 7h aller-retour)

Roys Peak

En soi, le track est pas bien compliqué, ni même varié, c’est le même bout de chemin à découvert avec une vue sur le lac tout du long… Mais, ça grimpe en continu. OUI, EN CONTINU. Tes mollets ils hurlent à la mort parce que même quand ça te semble un peu plat, c’est pour du faux, c’était une blague, c’est du FAUX PLAT. Ça grimpe donc en continu pendant 2h30-3h et t’as envie de crever. Sur le chemin je rencontre Sandrina, une jeune Suisse avec laquelle je sympathise. C’est mieux de souffrir à deux et nous avons le même rythme.

Lorsqu’on arrive au premier lookout, la vue est époustouflante. Carrément incroyable, sidérante. La paysage s’étend à l’infini devant nous, à force de montagnes verdoyantes, du lac étincelant et du ciel bleu interminable. On pourrait aller encore jusqu’au sommet. Se rajouter une heure de marche. Je décide de rester là, de contempler, de souffler. Parce qu’entre ma bronchite et la nicotine (oui, non, t’inquiète j’ai de nouveau arrêté depuis), mes poumons font la gueule (et mes mollets aussi).

Bref. Roys Peak ? Sans aucuns doutes la plus belle randonnée d’une journée après Gertrude Saddle !


MEG HUT FAIL

Rejoints par Kim & Charlie (souvenez-vous !) au Luggate, notre petit groupe de frenchies se prend d’amour pour la rando. On décide carrément de partir en rando-week-end et de suivre les conseils de la dame du DOC (Departement Of Conservation) et de passer la nuit à Meg Hut dans la Pisa Conservation Area.  C’est ce que l’on appelle une Backcountry Hut, une Hut que l’on a pas besoin de réserver, contrairement aux Huts des Great Walks (un peu comme la Hut du Mount Aspiring, mais en carrément plus petit – 8 places dispos). Le chemin jusqu’à la Hut ne prend que 2h et nous pourrons marcher 6 à 7h le lendemain jusqu’à un autre parking. On s’organise avec nos deux véhicules, et on s’en va gaiement en cette fin d’après-midi… Sauf que c’est samedi. Que c’est les vacances scolaires.

Ce soir on va passer la nuit à Meg Hut!

Avec Kim, lorsqu’on s’approche de la Hut, on voit un, non deux gamins courir. Bientôt suivis de… Deux autres ?!! Ok. La Hut est complète, quatre adultes, quatre enfants, y’a même pas moyen qu’on se serre dans un coin. Qu’est ce qu’on fait maintenant ? Il est bien 16h. La nuit tombe vers 17h-18h en ce moment sur l’île du Sud. Pas le choix. On s’enfile des bananes et des cookies, et on rebrousse chemin. C’est con, hein, cette petite Hut était parfaite, avec son petit poêle, sa petite table, je nous y voyais, moi, tous les cinq attablés avec nos frontales à jouer aux cartes et raconter de la merde. Bref, on fini le track dans la nuit noire avec nos lampes torches, bien dégoûtés par notre échec. C’est ça aussi le voyage : l’imprévu mais pas que dans le bon sens du terme.


CINEMA PARADISO

Pour ma dernière soirée à Wanaka , je m’octroie un bon cinéma. Mais attention, pas n’importe quel ciné, le cinéma Paradiso ! Dans ce ciné, les cookies sortent du four avant le film et pendant l’entracte, et les sièges sont faits de fauteuils plutôt improbables : sièges de voiture, canapé, siège de train, de métro, une expérience sans aucuns doutes inédite !

Meilleurs cookies du monde!

J’y suis allée voir Hunt for the wilder people, le nouveau film de Taika Waititi, réalisateur entres autres des films kiwis Boy ou What we do in the shadows. Honnêtement, j’ai éclaté de rire plus d’une fois. De la bonne humeur en barres ce film.

J’te laisse juger au vu de la bande annonce :


Charlie, Julien & Kim in Wanaka

Au final, j’ai passé une semaine à Wanaka. A manger les cookies de Julien et ronfler dans sa voiture. Retrouver Kim & Julien, c’était un peu comme retourner à Napier et faire baisser mon âge mental de plus d’une décennie. Ouais, vous m’avez manqué sales fous.

Je compte me rendre à Christchurch pour prendre mon avion le 11 mai. Je retourne sur l’île du Nord rejoindre Flo & Mr Wellington pour un dernier roadtrip. On est le 2 mai. Je dégaine ma pancarte d’auto stoppeuse… C’est parti pour 10 jours d’aventures, bébé.

Y ALLER :

ACE RENTALS QUEENSTOWN, Sir Henry Wigley Dr, Frankton, Queenstown

THE RANCH, Milford Crescent 111 Town Centre, Te Anau

MILES BETTER PIES, Milford Rd, Te Anau

FERGBAKER, 40 Shotover St, Queenstown

ATLAS, Steamer Wharf, 88 Beach Street, Queenstown

WORLD BAR, 2 Church Lane, Queenstown

LONDON BAR, 36 Shotover Street Queenstown

MATUKITUKI VALLEY & ROB ROY GLACIER TRACK, Mount Aspiring National Park

ROYS PEAK, à 6km de Wanaka

MEG HUT, Pisa Conservation Area

BANNOCKBURN SLUICING

LUGGATE CAMPGROUND, Luggate Cricket Ground, State Highway 6, Luggate

HOLLYS BACKPACKER, 71 Upton St, Wanaka

WANAKA CINEMA PARADISO, 72 Brownston St, Wanaka

FITZPATRICK IRISH PUB, 59 Helwick St, Wanaka

Retour en Otago !

2 thoughts on “Retour en Otago !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *