Nouvelle-Zélande

CULTURES SAUVAGES #2 – VIS MA VIE DANS UNE PRISON EN NOUVELLE-ZÉLANDE

CULTURES SAUVAGES #2 – VIS MA VIE DANS UNE PRISON EN NOUVELLE-ZÉLANDE

Comme la saison s’y prête bien avec Halloween, j’ai un sujet tout trouvé qui marie à la fois la couleur orange, les fantômes, les psychopathes, les meurtriers, des pendus et des menottes. T’as trouvé ? En fait, je vais te parler de la fois où j’ai vécu dans une prison.

HISTOIRES D’HÉBERGEMENTS ALTERNATIFS

HISTOIRES D’HÉBERGEMENTS ALTERNATIFS

L’autre soir j’ai été invitée à prendre la parole et raconter mes expériences en matière d’hébergement lors d’un colloque sur le tourisme alternatif organisé par l’Enjoy’In Hostel, un projet d’auberge de jeunesse éco responsable et solidaire à Mulhouse.
Je ne me sentais pas trop légitime de prendre la parole après l’Office du Tourisme et d’autres acteurs touristiques dont la profession est liée directement au tourisme et aux voyages. Qu’avais-je donc à apporter ? Finalement j’ai décidé de faire comme je fais toujours lorsqu’il s’agit de parler de voyages : j’ai simplement raconté mes histoires.

LE GEOCACHING EN VOYAGE

LE GEOCACHING EN VOYAGE

Le Geocaching c’est un peu comme une chasse au trésor, mais à l’échelle mondiale. Oui, exactement, on peut trouver des trésors partout et dans le monde entier. Alors, par trésor faut pas comprendre des lingots d’or, opales, lampe d’Aladdin ou I-Phone6, c’est plutôt de l’ordre du Kinder Surprise ou de la boîte à trésors de ton enfance avec des Lucioles Bonux, des scoubidous ou des autocollants.

La Nouvelle Zélande – Vie Pratique pour Baroudeur/se en Carton

La Nouvelle Zélande – Vie Pratique pour Baroudeur/se en Carton

J’ai participé récemment au Salon du PVT à Paris, un Salon créé et organisé par le site PVTistes.net. J’étais présente en tant que bénévole pour faire part de mon expérience de PVTiste sur le stand de la Nouvelle Zélande en

DE LA GALÈRE D’ÊTRE BILINGUE (ou tout du moins d’essayer.)

DE LA GALÈRE D’ÊTRE BILINGUE (ou tout du moins d’essayer.)

Très vite je me suis mise à penser en anglais, et rêver en anglais. Pas tout le temps, même que parfois ma tête mélangeait les deux, de manière tout à fait fluide et ordonnée, et compréhensible. Ma voix intérieure avait intégré cette langue tout naturellement. Et de l’entendre parlée autour de moi, tous les jours, et parfois sans discontinuer (veuillez comprendre sans intervention française quelle qu’elle soit pendant un long moment) a amené ma (mes) voix intérieure(s) à me causer en Anglais. Ça aurait pu ressembler à un vrai brouhaha vu de l’extérieur, mais ces voix intérieures se sont imposées naturellement et sans forcer.