Booklover

Y’A 4 ANS, JE PERDAIS MON JOB DE RÊVE.

Y’A 4 ANS, JE PERDAIS MON JOB DE RÊVE.

Y’a 4 ans, j’me suis battue pour une cause, j’me suis battue pour un job –qui je pense est toujours l’un des plus beaux métiers du monde, j’me suis battue pour l’importance de l’accès à la culture, et j’me suis battue par solidarité pour mes collègues, qui pour la majorité d’entre eux étaient aussi mes amis. Mais avant tout, et pour la première fois de ma vie, j’me suis battue pour moi-même. J’pouvais le sentir dans mes tripes : « Céline, si tu ne te défends pas, si tu ne te bats pas, tu vas le regretter toute ta vie. » Donc, j’ai rejoint l’offensive. Je pouvais pas regarder le bateau couler sans rien faire.

DORMIR DANS UNE BIBLIOTHEQUE A TOKYO

DORMIR DANS UNE BIBLIOTHEQUE A TOKYO

Cette caverne du lecteur est un petit bout de paradis, car comme le signale le site officiel de la chaîne, qui ne connaît pas cet appétit du lecteur qui se dit « allez encore un petit chapitre » avant de s’endormir la bouche ouverte, les pages collés sur les joues ? Chez Book and Bed, tout est fait pour, c’est pensé pour lire, lire, lire et accessoirement dormir et boire un thé.

LES CLAQUES DE SINGAPOUR

LES CLAQUES DE SINGAPOUR

Wow. Singapour tu m’as mise une claque.

J’suis arrivée dans la cité-état un peu par hasard. Lorsque j’ai pris la décision de rentrer en France après mon année de baroudes en Nouvelle-Zélande, je me demandais quel stopover j’allais faire cette fois. A l’aller j’ai réalisé un rêve de longue-date : aller au Japon. Quelle nouvelle contrée explorer au retour ? De manière totalement impulsive, j’ai décidé d’aller visiter Singapour. J’avais rencontré Brenna, une singapourienne, lors de mon HelpX sur Stewart Island. On a bien accroché toutes les deux, et j’avais les yeux qui pétillaient et l’eau à la bouche lorsqu’elle me parlait de son pays. En prime, ce serait l’occasion parfaite de la revoir.
C’était décidé, j’allais faire un tour à Singapour !