Oamaru, les pingouins, Alice au pays des Merveilles & moi

Après mon grand périple de 4 jours, je me retrouve chez Kristin et Joel, leurs deux chiennes, Mischa et Reign, leur chatte Molly et leurs deux jeunes poulettes. Kristin est allemande, elle a rencontré Joel lors de son PVT. C’était en 2013. Maintenant ils vivent ensemble dans cette jolie maison. Joel est électricien, et Kristin s’occupe de leur Air BnB, et de l’aménagement de la maison. Sa spécialité, tout ce qui est seconde main. Elle retape des meubles, couds des rideaux, des coussins, des vêtements. Elle ne manque jamais d’idées !

Yellow Eyed Penguin
Yellow Eyed Penguin

Depuis quelques temps c’est le début du printemps, et de ce fait, le jardin de Kristin et Joel a besoin d’un bon coup de ciseaux. C’est la jungle. Et Kristin espère avoir un beau jardin pour son anniversaire, dans deux semaines pour y inviter des amis et faire un barbecue (elle aussi rêve d’un barbecue de décembre, j’imagine). Je vais passer 2h30 par jour à nettoyer tout ça, désherber, déraciner, ratisser, couper. A la fin de la semaine, je suis assez fière de moi, ça ressemble à quelque chose !

En échange du jardinage, je suis logée dans une grande chambre, dans un lit double. Je peux aussi y faire ma lessive, prendre un bain dans la baignoire super vintage de Kristin, un thé à la main (merci encore Kristin !), et on va même cuisiner la meilleure tarte fraise/rhubarbe/meringue du monde. Avec Kristin on s’échange nos souvenirs d’aventures de backpackeuse en carton, elle me fait visiter Oamaru et on va promener les chiens dans des endroits superbes comme Cape Wanbrow, la Herbert Forest, et les Moreaki Boulders. Ces derniers sont des roches rondes improbables posées sur la plage. Il paraît que l’érosion aurait créé ça !

Pendant mon séjour, je vais aussi avoir le plaisir d’aller voir… les pingouins. Pas dans un zoo, pas en captivité, mais dans la nature, dans leur habitat naturel. En effet, à Oamaru se trouve une colonie de Blue Penguins, les plus petits pingouins du monde ! Ces bêtes-là sont natives de Nouvelle Zélande et en danger d’extinction. Du coup, aller les regarder, au crépuscule, se fait de manière plutôt encadrée. Il est possible de les apercevoir sans payer et réserver un tour, et à quelques mètres de la réserve, à l’autre bout du port, on peut les apercevoir traverser la route ! Les pingouins passent la majorité de la journée à pêcher dans l’océan et reviennent, le soir venu, dans leurs nids, sur les terres. De leur démarche maladroite et apeurée, les Blue Penguins tentent de traverser la route, chaque soir. Il est important que les voitures ralentissent, et que les gens venus voir le spectacle gardent leurs distances, du coup, Mr Pingouin, armé de son gilet orange fluo, fait un peu la circulation, engueule les touristes trop curieux qui interfèrent dans la marche quotidienne des pingouins.

Je suis fascinée. Au bout d’un moment, la lumière est trop sombre pour que je puisse faire des photos décentes. Mais c’est quelque chose que de voir ces petites créatures avancer sur la route, courir un peu, s’arrêter, faire demi-tour, revenir… Dans la nature. Autant ils sont super gracieux dans l’eau, autant sur la terre ils sont tout maladroits. « They are SO cute ».

Près de Moreaki Boulders se trouve une autre colonie de pingouins que l’on peut visiter gratuitement, les Yellow Eyed Penguins. L’endroit est magnifique. Katiki Point, son lighthouse et ses collines verdoyantes. On peut y admirer pingouins et phoques, soit caché dans une petite cabane, soit plus loin, sur le chemin qui loge la réserve. Ils sont un peu plus grands que les Blue Penguins, mais tout autant en danger d’extinction. C’est pourquoi il ne faut pas franchir les barrières, ne pas perturber leur vie quotidienne. Ils se prélassent dans l’herbe, batifolent, je prends 1000 photos tellement je les trouve superbes. Des phoques à fourrure jouent et se dorent la pilule pas loin de là… Pour moi c’est surréel, de côtoyer et d’apercevoir ces bestioles dans leur habitat naturel. Je pourrais rester des heures à les contempler.

Quand à Oamaru, cette petite ville profite de son héritage victorien pour se proclamer aussi capitale du Steampunk. Excentrique, Oamaru ? De vieilles bâtisses côtoient des boutiques de seconde main, des boutiques spécialisées dans les robes du XIXème, un glacier étonnant, un musée steampunk, un relieur, un sculpteur de limestone, ou encore un terrain de jeu « steampunk ».

D’ailleurs, ce fameux musée steampunk, le Steampunk HQ peut être visité à moitié prix (voire gratos) si t’es une fille et que tu fais des sourires au proprio. Dedans, un gros bric à brac de trucs, des sculptures faites avec des matériaux recyclés, une musique new age et ‘The Portal’, sans hésiter mon attraction favorite.

Presque tous les jours je fais un tour aux Public Gardens, qui sont vraiment très jolis. Il y a même une volière avec Jimmy, le perroquet qui parle (mais pas à tout le monde…). L’endroit est parfait pour continuer de lire les aventures de Harry.

Un de mes endroits favoris ? La librairie Adventure Books. Une librairie de livres d’aventures et de voyages, avec un putain de bateau à l’intérieur. Bill, le gérant me serre chaleureusement la main et m’appelle « confrère » quand je lui demande si je peux prendre des photos de sa boutique et que je lui explique que moi aussi j’étais libraire. Il m’explique alors qu’il est un grand collectionneur, et à un moment donné, quand il n’a plus eu de place dans sa maison pour ses livres, et bien il a bien fallu acheter une boutique. Je souris. Et je déambule dans les rayonnages sur les l’Antarctique, les montagnes, les randonneurs célèbres, les guides de voyage, les cartes du monde, les récits d’aventures, etc. Je lui explique la frustration du backpacker, qui ne peut que contempler les rayonnages avec envie, mais qui ne doit absolument rien acheter parce que ben… Les livres ça pèse lourd et qu’il en a déjà trois dans son sac.

Pendant plus de 3 jours, Oamaru a vibré avec le Victorian Heritage Festival. Cette année le thème c’était Alice au Pays des Merveilles. C’est pour ça qu’Oamaru était mon objectif, pour cette raison que j’ai traversé l’île d’ouest en est. Du coup, toutes les boutiques de la vieille ville ont joué le jeu, en proposant bijoux, livres, costumes aux couleurs d’Alice. Les gens étaient eux aussi déguisés, que ce soit en personnages du conte de Lewis Carroll, en costume du XIXème siècle ou encore en steampunk. Tous les âges, toutes les générations ont joué le jeu, c’était assez impressionnant à voir ! Au programme, des tea-parties dans les Public Gardens, dans la Masonic House, au terrain de jeu Steampunk, une fête de rue avec des étalages de bouffe et de bijoux, une parade, des conférences, concerts, bals, visites guidées, etc…

Cependant, je n’ai pas vraiment profité du festival comme je le voulais. Le samedi 14 novembre vers midi (le 13 novembre, vers minuit en France), j’apprends ce qu’il se passe à Paris. Je panique totalement en lisant les quelques news confuses qui jalonnent internet et les réseaux sociaux. Je ne comprends pas ce qu’il se passe, je suis bouche bée, interdite. Ma seule urgence est d’essayer de contacter tous mes amis de la capitale, savoir si ils vont bien, si ils sont en sécurité, comment ils se sentent. Au fur et à mesure de la journée, je découvre l’horreur, l’indicible. Quelques personnes m’en parlent, je ne sais même pas quoi en dire.

Oamaru
Oamaru

Etre ici, en Nouvelle Zélande, à l’autre bout du monde, dans ce pays si calme, m’a presque fait oublier les horreurs de l’hémisphère nord. J’en ai oublié que la cruauté était possible. J’ai reçu un bon coup de fouet dans la gueule. Et j’étais toute seule. Je suis passée par pleins de stades, le choc, l’abattement, la culpabilité, la colère, l’inquiétude. Je remercie les quelques amis qui m’ont aidée à procéder mon choc, même via Messenger ou What’sapp, ça a beaucoup compté. Les kiwis ont été très touchés par ce qui s’est passé, j’ai eu droit à des sourires et des paroles réconfortantes. Eux aussi doivent se dire que le monde est fou.

Vitrine d'un giftshop
Vitrine d’un giftshop

Voilà, j’ai réussi à atteindre mon objectif fixé à Nelson : aller voir à Oamaru si j’y suis pour profiter du festival. La route pour y arriver a été une grosse aventure, et la semaine et quelques passée ici a été calme, reposante et … gourmande ! Je finalise ici mon départ pour Stewart Island au mois de décembre, pour aller fumer du saumon pendant un mois et je pars en stop vers Dunedin.

Thank you Kristin & Joel!
Thank you Kristin & Joel!

CE QUE J’AI APPRIS :

  • A cuisiner une tarte fraise/rhubarbe meringuée (et accessoirement je sais maintenant comment cuisiner la rhubarbe)
  • Les mots « wheelbarrow », « rake » et que pour les kiwis le « tea » c’est aussi le dîner.
  • J’ai pu parfaire ma technique de weeding et de cleaning
  • Le meilleur moment pour apercevoir les pingouins c’est au crépuscule, car après avoir passé la journée à chasser dans l’océan, ils reviennent aux nids, sur les terres, pour la nuit.
  • Prendre un bain, ça m’avait manqué.
  • Je suis si habituée au lit simple que je me suis même pas étalée dans le lit double.

Y ALLER :

OAMARU VICTORIAN FESTIVAL, Victoria Precinct, Oamaru

OAMARU STEAMPUNK HQ, Tyne St, Oamaru

OAMARU ADVENTURE BOOKS, 7 Harbour St, Oamaru

GRAINSTORE GALLERY, 9 Harbour St, Oamaru

THE GADGETORIUM, Victoria Precinct, Oamaru

OAMARU DEJA MOO, Harbour St, Oamaru

OAMARU PUBLIC GARDEN, au centre d’Oamaru

OAMARU POOL, 20 Thames St, Oamaru

CAPE WANBROW, au sud d’Oamaru

OAMARU BLUE PENGUINS, Waterfront Road, Oamaru (juste avant le centre, on peut aussi les apercevoir gratuitement)

MICHAEL O BRIEN BOOKBINDER, 7 Tyne St, Oamaru

MOERAKI BOULDERS, Moeraki, entre Oamaru et Dunedin

KATIKI POINT, Moeraki Peninsula

Oamaru, les pingouins, Alice au pays des Merveilles & moi

4 thoughts on “Oamaru, les pingouins, Alice au pays des Merveilles & moi

  • 8 December 2015 at 23 h 15 min
    Permalink

    Ca fait plaisir de te lire ^^ tes articles sont super. Ca donne envie de rencontrer les pingus ! Bonne continuation à toi !

    Reply
  • 22 February 2016 at 10 h 30 min
    Permalink

    Et maintenant c’est à moi de profiter des plaisirs d’Oamaru et des joies du helpX chez Kristin et Joël !
    Merci pour la bonne adresse, je ne manquerai pas de réclamer un cours de tarte à la rhubarbe, ça m’a trop donné faim tes photos !!
    Biiz

    Reply
    • 24 February 2016 at 22 h 11 min
      Permalink

      Profites-en pour manger une Rhubarb Pie <3

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *