LE JOUR DES (NON) PINNACLES



Cet article fait suite à ‘Fucked up Thames!

Le grand jour arrive, et les nuages aussi. Avec Anaïs on commence à être sceptique sur le fait de pouvoir randonner les Pinnacles.

Qu’importe, on décide d’aller au DOC (Department Of Conservation, qui s’occupe des chemins de randonnées en Nouvelle Zélande, il y a des DOC un peu partout dans le pays) pour se renseigner sur l’état du chemin.

(Read me in English, baby!)

Ce petit chemin…

Le gentil monsieur du DOC est formel : pas de Pinnacles aujourd’hui, avec la pluie qui arrive, le terrain sera bien trop glissant. Je pense qu’il voit sur nos gueules la déception intense. Du coup il nous conseille une randonnée bien plus courte et moins dangereuse, pour voir deux kauri trees.

(Ce spot était aussi le spot à pipi)

Il faut savoir que le kauri est un arbre gigantesque, endémique de Nouvelle Zélande. Auparavant, les forêts en étaient remplies, mais avec l’arrivée des Polynésiens, puis des Européens, la majorité ont été coupés pour leur bois et la gomme, et dorénavant il n’en reste que très peu. Et c’est sans parler du fait qu’une maladie propagée par le sol les décime petit à petit.

Je suis parée pour rencontrer les kauri!

C’est pourquoi avant d’aller sur le chemin de randonnée, il faut nettoyer à fond ses chaussures et les spritzer avec le pistolet désinfectant ! Le chemin est enchanteur, avec des ferns (fougères) géantes, des fantails, des petits ponts, de la grimpette, de la boue… Et finalement. Les kauri trees. Immenses.

A peine arrivées devant le Cookson’s Kauri Tree, la pluie se met à tomber. On s’abrite sous une souche, à contempler l’arbre géant, parler de nos vies, parce qu’après tout, nous sommes encore en train de faire connaissance, et je pense qu’à ce moment-là, nous avons ce qu’on peut appeler un coup de foudre amical.

La pluie bat son plein, ne semble pas vouloir s’arrêter, alors nous nous remettons en route, allons voir vite fait le deuxième kauri, puis retournons gaiement au parking. On s’enfonce dans la boue, on se fait littéralement tremper par la pluie, et c’est plus qu’un soulagement lorsque nous arrivons finalement à la voiture. Et là, sur le parking de la forêt, on enlève nos fringues trempées devant le coffre et on dévore nos dwichs au chaud dans la caisse.


C’est à ce moment-là, éclatant de rire, dégoulinantes de pluie, que l’on décide que j’accompagnerais Anaïs dans son roadtrip dans le Northland.

On ne le sait pas encore, mais cette aventure épique sous la pluie n’est que le début d’une longue série de mésaventures de baroudeuses en carton.

Les Pinnacles, c’est peut-être là bas.

Y ALLER :

Cookson Kauri Walk & Wainora Kauri Track, départ du Wainora Park. Infos au DOC de Kauaeranga Valley.



 

LE JOUR DES (NON) PINNACLES
Tagged on:                                             

3 thoughts on “LE JOUR DES (NON) PINNACLES

  • 27 September 2015 at 4 h 28 min
    Permalink

    bonsoir jolie farfadet
    c’est un enchantement de suivre tes aventures,
    hier soir avont fait une grande fête pour les 60 ans d’arsène, avons eu de très belles pensées à ton égard en évoquant comment Arène était arrivé dans la famille Chuche

    mille bisous de l’anjou
    éclate toi, vis à cent mille à l’heure

    Reply
    • 27 September 2015 at 23 h 45 min
      Permalink

      Merci Fafa!
      Un joyeux anniversaire à tonton Arsène,
      Je vous embrasse très fort!

      Reply
  • Pingback: NORTHLAND ROADTRIP #1 – LE JOUR DE LA BALEINE – Take a Walk on the Wild Side

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *