Dunedin & Portobello

Dunedin est une ville à part en Nouvelle Zélande. Une ville étudiante avec une grosse université et un héritage écossais. D’Oamaru à Dunedin, je serais prise en stop par une jeune enseignante de Timaru, en route pour Dunedin pour y passer le week end avec une amie. Dans sa voiture, pour mon plus grand plaisir (et étonnement aussi), elle écoute les Spice Girls. Elle m’explique qu’elle a retrouvé le CD y’a pas longtemps.
Arrivées à Dunedin, elle me dépose devant mon backpacker, que j’ai aussi choisi pour son nom : Hogwartz.

Bienvenue à Hogwartz!
Bienvenue à Hogwartz!

Ici, quelques clins d’œil par ci par là à Harry Potter, avec des chouettes un peu partout, et Dobby sur des affiches qui te dit quoi faire/ne pas faire. L’endroit est vraiment chaleureux, c’est facile de s’y sentir comme à la maison avec la cheminée dans le salon, les canapés cosy dans la mezzanine, la terrasse,…

J’explore la ville à la recherche de lacets pour mes chaussures (ma vie est carrément fascinante, je sais), et j’ai parfois l’impression d’être de retour en Irlande. Des briques rouges, des vieilles églises en pierre, des pubs… Non, ce n’est pas l’Irlande, mais l’héritage écossais des premiers colons arrivés à Dunedin il y a 150 ans. « Dunedin », c’est « Edimbourg » en écossais. D’ailleurs la région se targue d’avoir le seul et unique château de Nouvelle Zélande ! La visite est plutôt cher, je ferais l’impasse.

J’en profite aussi pour lourder Harry Potter #1 et acheter les volumes #2 et #3 au Second Hand Bookshop, une véritable caverne d’Ali Baba pour les amateurs de bouquins… ! D’ailleurs à Dunedin, y’a pleins de shops de seconde main, comme l’original Finders Keepers ou alors le SaveMart (un ENORME magasin de fringues de seconde main). De même, je peux pas résister et je me fais Hunger Games #3 au ciné. Ca me fait bizarre de pas partager ça avec Cynthia ou Elo d’ailleurs, mais je sympathise quand même avec deux étudiantes complètement fan dans la salle.

Autre point positif, la plupart des musées sont gratuits, notamment l’Otago Museum et l’Art Gallery. J’ai particulièrement aimé l’Art Gallery et l’exposition intitulée « Belonging » qui s’intéresse à notre sentiment d’appartenance que ce soit à un lieu, un groupe d’amis, une famille, un pays. L’exposition s’attarde sur les définitions physiques et psychologiques du sentiment d’appartenance, du « belonging ». Une exposition très intéressante pour une nation fondée à la fois par des voyageurs polynésiens et des colons européens. Elle résonne aussi pour chaque voyageur je pense. Qui défie un peu chaque jour ce sentiment de « belonging », ou qui cherche, dans ses voyages, un endroit où vivre, un endroit pour être.

Selena, me rejoint à Dunedin pour deux jours. Selena, souvenez-vous, la canadienne avec laquelle j’ai travaillé à la prison, qui fait des pumpkin pie à se damner, et qui m’avait même amenée jusqu’à Levin, juste comme ça, parce que c’est la meuf la plus sympa du monde. Elle passe un mois sur l’île du Sud en vacances, et on peut enfin se retrouver dans nos itinéraires respectifs.

Velvet Burger avec Selena
Velvet Burger avec Selena

On se raconte mille et une choses autour d’un méga burger chez Velvet Burger et on passe l’après-midi aux Chinese Garden à jouer aux Chinese Checkers, essayer des costumes traditionnels, et tout simplement contempler, respirer. J’étais un peu réticente au début à payer 10$ pour les jardins, mais je ne regrette pas du tout. Ce jardin est superbe, et c’est un réel plaisir de le parcourir, mais aussi de s’arrêter pour s’imprégner de la majesté et du calme du lieu. Quand je serais grande et riche, moi aussi j’aurais un jardin comme ça.

Dunedin possède aussi une rue très particulière. La rue la plus pentue du monde selon le Guinness Book. En effet, elle a pas l’air comme ça, Baldwin Street, mais une fois en face… Ha ouais, quand même. J’suis complètement admirative des deux gus qui se font la pente en vélo. Avec Selena, on mange une glace en regardant le dénivelé. Ouais parce que pile en bas de la pente il y a un glacier, oui je sais, c’est une idée merveilleuse. Il fait très chaud, du coup la fainéantise l’emporte et puis on est aussi très curieuses… De voir si la voiture peut grimper la pente. Comme c’est une voiture de location plutôt récente, on est un peu déçues, ça passe sans problèmes.

Le lendemain, on explore une petite partie du Botanic Garden, on prend un petit déjeuner chez Croque-O-Dile et je suis toute contente de pouvoir nourrir les canards (à l’I Site, ils te filent de la bouffe à canards gratos!). J’avais pas trop prévu par contre que les pigeons seraient aussi de la partie…

Ensuite, on roule jusqu’à l’extrémité nord de la péninsule. Et là, c’est le paradis de la mouette. Y’a des mouettes partout, y’en a tellement que le sol est maculé de déjections. Du coup, quand je marche j’ai un peu peur pour mes cheveux et mes épaules, hein. On avait emmenés des sandwiches, finalement on va les bouffer dans la voiture, le regard anxieux tourné vers le ciel.  Mouettes folles mises à part, le cadre est superbe et on aperçoit même quelques jeunes phoques à fourrure qui se prélassent !

Selena m’amène ainsi à mon nouveau HelpX à Portobello, chez Brittany et son studio de bijoux. Je quitte Selena le cœur lourd et reconnaissant d’avoir eu la chance de la revoir, en espérant que ce ne soit pas la dernière fois. Brittany Sue m’accueille avec son chien Moose, et son rire franc. Sa maison donne droit sur la mer, je sens que je vais me plaire ici.

The Studio, c’est son atelier de travail, son shop, sa galerie. Elle s’inspire de son environnement, sur la péninsule, pour créer des bijoux en forme de coquillages, de pommes de pin, d’hippocampes. C’est superbe. Vraiment. Lorsque Brittany part bosser à l’hôtel tous les matins, je m’occupe de son studio, je range, nettoie, accueille les clients/touristes, et j’arrive même à vendre ce superbe collier pomme de pin (120$), parce que « this one is REALLY my favorite » !

Brittany Sue Mason est venue tout droit de Cape Cod, USA, faire ses études d’art à Dunedin. C’était il y a 4 ans déjà. Elle s’est installée ici, dans sa maison rouge avec vue sur la mer, a adopté Moose, deux canaris, ouvert son studio, planté des légumes dans son jardin, installé un barbecue et fréquente un kiwi surfeur. A 26 ans. Dans la maison de Brittany, il y a toujours quelqu’un, des rires, à manger, un bon feu. Elle habite avec Ricky, un kiwi originaire de Portobello. C’est un sacré duo ! Ils hébergent très souvent des couchsurfeurs dans leur salon. C’est là que je dors aussi, et je partagerais mon espace tour à tour avec un couple d’indiens et trois amies venues d’Alaska. Alors, oui, d’accord, le confort est sommaire comparé à d’autres HelpX où j’avais ma propre chambre, ou un énorme lit double. Mais c’est fortement compensé par les ondes positives de mon hôte, et sa chaleur.

Je partagerais des dîners avec ses amis, un barbecue, des parties de badminton, des salades (avec vinaigrette à la moutarde !), des parties de 1943 sur son jeu d’arcade, et évidemment, des gâteaux. Dans sa maison, chacun fait sa vie, chacun est libre de profiter du jardin, de la cuisine, de la vue. Brittany estime que c’est normal de faire profiter à de nombreux voyageurs de son emplacement de rêve, du coup, elle reçoit parfois jusqu’à 6 couchsurfeurs en même temps. Ca fait de grosses fêtes, me dit-elle en riant. Du coup, il y a très souvent des culottes du monde entier suspendues au-dessus de la cheminée pour sécher, et le soir venu pleins de matelas qui jonchent le tapis du salon. Moose essaie toujours de se faire une place au chaud près d’un couchsurfeur.

Quand je quitte Brittany, Moose et Ricky, ce dimanche matin-là, ainsi qu’Arin, Avery et Katlyn, les trois amies venues d’Alaska, c’est un peu comme si je quittais une fantastique colocation. Comme toujours, je lui dis ‘mais peut être que je reviendrais’. Brittany sourit.

Brittany & moi <3
Brittany & moi <3

CE QUE J’Y AI APPRIS :

  • Le jeu Cards Against Humanity
  • Les mots « sterling silver », « cast silver », « clay », « binoculars » (merci Harry Potter)
  • L’expression « put my face back on » (merci Selena!)
  • Sur TradeMe on peut trouver des imprimantes 3D à 400$
  • En Inde, ils parlent une langue complètement différente d’un état à l’autre, et utilisent l’anglais pour communiquer
  • En Alaska, toutes les villes ont des « K ».

Y ALLER :

HOGWARTZ (BBH), 277 Rattray St, Dunedin

RAILWAY STATION, Dunedin Railway Station, Anzac Square, Dunedin

OTAGO MUSEUM, 419 Great King St, North Dunedin

DUNEDIN PUBLIC ART GALLERY, 30 The Octagon, Dunedin

CHINESE GARDEN, Corner of Rattray and, Cumberland St, Dunedin

BALDWIN STREET, Dunedin

BOTANIC GARDEN, Cnr &, Great King St, North Dunedin

CROQUE-O-DILE, Botanic Garden, Opoho Road, Dunedin

VELVET BURGER, 150 Stuart St, Dunedin

READING CINEMA, 33 The Octagon, Dunedin

FINDERS KEEPERS, 52 Stuart St, Dunedin

SAVEMART, 34 – 36 Stafford St, Dunedin

HARD TO FIND SECOND HAND BOOKSHOP, 20 Dowling St, Central, Dunedin

TAIAORA HEAD, Otago Peninsula

THE STUDIO GALLERY, 1728 Highcliff Rd, Portobello, Dunedin

Dunedin & Portobello