Arrivée à Bali & déception à Kuta

PARENTHESE BALINAISE #1: NAPIER PRISON REUNION

Bali, ça me trottait dans la tête depuis quelques années déjà. On y entend régulièrement le mot « paradisiaque » côtoyer les mots « bonheur », « culture », « paix de l’esprit » et « paysages fabuleux ».

Alors quand Gina me propose l’air de rien de l’accompagner lors de son stop over à Bali avant qu’elle ne rentre en Allemagne, je dis un grand OUI. Je saute de joie quand j’apprends que Selena sera de la partie aussi :

Je vais retrouver mes girls de Napier Prison !

Je travaille dur comme Kitchen Hand et Banana Girl pour me payer les billets d’avion (environ 1000$ aller/retour, une vraie affaire pour un kiwi) et je décide d’en profiter à fond les ballons et d’y rester TROIS SEMAINES.

-Retrouvez mes aventures balinaises ICI !-

(Read me in English, baby!)

S’envoler de Nouvelle Zélande pour Bali

KUTA

Vue du matin

Je débarque à Denpasar en début de soirée après deux vols sans encombre. Premier constat : il fait chaud. Même pas sortie de l’aéroport je me fais alpaguer par moult chauffeurs de taxi qui me crient dessus « Taxi, Taxi ! » Trop de bruit. Je secoue la tête, je dis ‘non merci’, et finalement je négocie ma course devant le bâtiment. Erwan m’a prévenue, ici il faut tout négocier. Ça me fatigue déjà. Sur le chemin qui mène à mon hostel, il y a du bruit, des lumières partout, des gens partout. Je suis complètement déboussolée, je me prends Kuta en pleine poire.

Je rejoins Selena, arrivée le jour d’avant, et nous attendons Gina qui débarquera le lendemain. Je suis toute excitée à l’idée de revoir mes amies de Napier ! Selena est en PVT Australie maintenant alors que Gina rentre chez elle, en Allemagne. On est installées à l’auberge Funky Monkey /Captain Goose qui a l’avantage d’avoir une piscine et des pancakes gratuits toute la sainte journée.

Kuta est sans charme. La plage n’est même pas si belle, c’est juste blindé de touristes et de fêtards. On en profite quand même pour prendre une leçon de surf (wouuuh j’ai tenu sur la planche 3 secondes et demies) et découvrir la cuisine locale.

Offrandes

TANAH LOT & ULUWATU

Pour profiter au mieux des environs de Kuta, on se paie des escapades en taxi privé avec chauffeur (parce que c’est trop pas cher en fait), notamment aux deux temples célèbres des environs : Tanah Lot et Uluwatu.

Tanah Lot

Le Pura Tanah Lot est un temple hindouiste situé sur une île accessible uniquement à marée basse. ‘Tanah Lot’ signifie ‘Pays de la mer’ en balinais. Il a été construit au XVIè siècle à l’initiative d’un prêtre qui venait sur ce rocher y vénérer les dieux de la mer. Le lieu est ultra touristique et prisé des photographes, et on comprend aisément pourquoi. C’est juste sublime. Dans la grotte sous le temple, on peut recevoir une bénédiction par un prêtre hindouiste en échange d’une petite donation qui aide à la maintenance du temple. Le prêtre dépose un peu d’eau (bénite ?) sur mon front puis y colle des grains de riz. Il me glisse aussi une fleur de frangipanier (symbole de l’île) derrière l’oreille.

Y’a du monde à Tanah Lot!

Le Pura Luhur Uluwatu quant à lui est peuplé de singes. Il faut faire attention à ses affaires car les macaques peuvent se montrer à la fois très chapardeurs et très agressifs. On assiste d’ailleurs au vol de lunettes d’une dame, la scène est à la fois comique et effarante. Pour récupérer ses lunettes, elle doit payer un balinais qui a la technique avec les singes. Ici, tout est business… Pura Uluwatu est perché au sommet d’une falaise qui surplombe aussi la mer. Il se situe au sud de Kuta sur la péninsule de Bukit. Ce temple est aussi dédié aux dieux de la mer. La balade est très agréable, et la vue, entre ciel et mer, tout simplement magique, surtout avec les libellules qui volent dans tous les sens.

Pura Uluwatu

Avec ces deux temples, nous commençons doucement à nous rapprocher de ce que nous imaginions de Bali. Une architecture typique balinaise, de la jungle verdoyante, et des couchers de soleil à couper le souffle.


JIMBARAN & NUSA DUA

Nusa Dua

On ira aussi se payer un dîner à Jimbaran directement sur la plage, ainsi qu’une escapade à Nusa Dua, paradis des resorts. La plage y est superbe, immaculée, avec presque personne dessus. J’aperçois des travailleurs qui la nettoient… Les hôtels coûteux s’y succèdent et j’y explose mon mal-être. Kuta, ses fêtes, son bruit, cette plage avec personne dessus, tous ces hôtels, et ces balinais qui imaginent que je suis riche parce que je suis blanche, tout ça m’explose à la gueule. C’est avec un gros soulagement que j’apprends que Gina et Selena ressentent la même chose.

Pour m’apaiser, les filles décident de faire un détour par le musée Pasifika. Qui est étrangement vide compte tenu de sa qualité : il semblerait que planter un musée au milieu d’un champ de resorts ne soit pas l’idée du siècle. Le Pasifika regroupe une collection splendide d’arts du Pacifique (c’est comme le Port Salut, c’est marqué dessus) et les artistes européens y sont bien représentés : Theo Meier, Gauguin, Matisse, Adrien-Jean Le Mayeur de Merpres, etc.


Les nuits de Kuta

Après une nuit passée à l’Espresso Bar où un groupe local reprend des tubes internationaux (‘maybeeeee, you’re gonna be the one that saves meeeeee’), à danser comme si on était au Thirsty Whale, on a qu’une seule hâte :

Découvrir Ubud.


Tu peux lire mes aventures balinaises en Anglais sur le blog de Selena: SelenaInNZ

Y ALLER :

FUNKY MONKEY/CAPTAIN GOOSE, Jl. Poppies 1 Gg. Bedugul No. 10A, Kuta

PURA TANAH LOT

PURA LUHUR ULUWATU

ESPRESSO BAR (LIVE MUSIC), Jl. Legian, Kuta

MUSEUM PASIFIKA, Complex Bali Tourism Development Corporation (BTDC) Area Block P, Kuta

Arrivée à Bali & déception à Kuta
Tagged on:                                                                             

One thought on “Arrivée à Bali & déception à Kuta

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *