Une année en Nouvelle Zélande

La Nouvelle Zélande – Vie Pratique pour Baroudeur/se en Carton

La Nouvelle Zélande – Vie Pratique pour Baroudeur/se en Carton

J’ai participé récemment au Salon du PVT à Paris, un Salon créé et organisé par le site PVTistes.net. J’étais présente en tant que bénévole pour faire part de mon expérience de PVTiste sur le stand de la Nouvelle Zélande en

DE LA GALÈRE D’ÊTRE BILINGUE (ou tout du moins d’essayer.)

DE LA GALÈRE D’ÊTRE BILINGUE (ou tout du moins d’essayer.)

Très vite je me suis mise à penser en anglais, et rêver en anglais. Pas tout le temps, même que parfois ma tête mélangeait les deux, de manière tout à fait fluide et ordonnée, et compréhensible. Ma voix intérieure avait intégré cette langue tout naturellement. Et de l’entendre parlée autour de moi, tous les jours, et parfois sans discontinuer (veuillez comprendre sans intervention française quelle qu’elle soit pendant un long moment) a amené ma (mes) voix intérieure(s) à me causer en Anglais. Ça aurait pu ressembler à un vrai brouhaha vu de l’extérieur, mais ces voix intérieures se sont imposées naturellement et sans forcer.

UN AN DE BAROUDES EN NOUVELLE ZELANDE – ET RENTRER “A LA MAISON”

UN AN DE BAROUDES EN NOUVELLE ZELANDE – ET RENTRER “A LA MAISON”

Je pense à la Nouvelle Zélande tous les jours. Une image de montagne se glisse dans ma tête. Parfois c’est le lac Te Anau, d’autres fois un visage familier. Un sourire me vient aux lèvres lorsque je repense à certaines situations. Il m’arrive de fermer les yeux et de souffler pour retrouver certains états d’esprit, la plénitude, le calme et la confiance.
Et puis une chanson. Des centaines de chansons en fait.

MA DERNIÈRE SEMAINE EN NOUVELLE-ZÉLANDE DANS UNE CARAVANE

MA DERNIÈRE SEMAINE EN NOUVELLE-ZÉLANDE DANS UNE CARAVANE

Tout a une fin. Sauf la saucisse qui en a deux.
Nouvelle Zélande, cette fois c’est la fin.
J’ai pensé et repensé à mes dernières semaines en Nouvelle Zélande. J’en ai fait une liste : randonner le Tongariro Crossing , voir Taranaki, voir le soleil se lever à Gisborne, retourner à Napier, retourner faire un HelpX à Hahei Beach, faire un HelpX dans une famille Maori, aller dans une retraite de yoga, partir en rando quelques jours,… Bref, ma liste était longue comme un roman. Presque une année s’est écoulée, et pourtant il y avait encore pleins d’expériences que je souhaitais faire avant de partir. Je m’en rendais malade d’essayer de donner du sens à mes derniers instants, de les rendre inoubliables.
Il aura fallu un anglais pour que je lâche prise.

TOUS LES CHEMINS MÈNENT À AUCKLAND…

TOUS LES CHEMINS MÈNENT À AUCKLAND…

Le compte à rebours est lancé. Il me reste un peu plus de deux semaines en Nouvelle Zélande avant mon départ. C’est la fin de mon dernier roadtrip, je quitte Flo pour de bon cette fois. Nous sommes à Auckland. Encore et toujours Auckland. Auckland, ma ville d’arrivée. Auckland une ville de rencontres inoubliables. Auckland la pluvieuse, Auckland l’ennuyeuse. On a rien vu de la Nouvelle Zélande si l’on reste à Auckland, et pourtant, en itinérance dans l’île du Nord, Auckland c’est le point convergent. Je la quitte avec soulagement à chaque fois et pourtant je ne cesse d’y revenir.