HelpX/ Workaway, mes aventures de volontariat

CULTURES SAUVAGES #2 – VIS MA VIE DANS UNE PRISON EN NOUVELLE-ZÉLANDE

CULTURES SAUVAGES #2 – VIS MA VIE DANS UNE PRISON EN NOUVELLE-ZÉLANDE

Comme la saison s’y prête bien avec Halloween, j’ai un sujet tout trouvé qui marie à la fois la couleur orange, les fantômes, les psychopathes, les meurtriers, des pendus et des menottes. T’as trouvé ? En fait, je vais te parler de la fois où j’ai vécu dans une prison.

CULTURES SAUVAGES #1 – MON APPRENTISSAGE DE L’ESPAGNOL EN EQUATEUR

CULTURES SAUVAGES #1 –  MON APPRENTISSAGE DE L’ESPAGNOL EN EQUATEUR

La dernière fois que j’ai décidé de m’infliger le bonheur d’avoir des devoirs, c’était il y a un peu plus d’un an, fraîchement arrivée en Equateur sans parler un traître mot d’Espagnol. J’ai très vite capté que Duolingo c’était bien cool pour avoir des conversations sur le chat qui boit du lait – el gato bebe leche-, mais que ça n’allait pas m’avancer beaucoup pour demander mon chemin, voire passer à des conversations un peu plus intimes avec les gens du coin.

HISTOIRES D’HÉBERGEMENTS ALTERNATIFS

HISTOIRES D’HÉBERGEMENTS ALTERNATIFS

L’autre soir j’ai été invitée à prendre la parole et raconter mes expériences en matière d’hébergement lors d’un colloque sur le tourisme alternatif organisé par l’Enjoy’In Hostel, un projet d’auberge de jeunesse éco responsable et solidaire à Mulhouse.
Je ne me sentais pas trop légitime de prendre la parole après l’Office du Tourisme et d’autres acteurs touristiques dont la profession est liée directement au tourisme et aux voyages. Qu’avais-je donc à apporter ? Finalement j’ai décidé de faire comme je fais toujours lorsqu’il s’agit de parler de voyages : j’ai simplement raconté mes histoires.

POURQUOI TU DEVRAIS PARLER AUX INCONNUS #6 – LE WORLD INN

POURQUOI TU DEVRAIS PARLER AUX INCONNUS #6 – LE WORLD INN

Un peu comme une famille, on prenait soin les uns des autres. On cuisinait ensemble après le travail. Emma m’aidait à séparer le blanc des jaunes pour la mousse au chocolat. Vincent m’aidait à acheter des billets de train à la machine du Family Mart où tout est écrit en Chinois. J’allais nager avec Emma à Notre Plage. Je dormais avec Vincent au 7/11 de Luye pour aller voir les montgolfières.

LES TRAINS SONT FAITS POUR PLEURER

LES TRAINS SONT FAITS POUR PLEURER

Je voulais plus de nature, je voulais plus d’aventures, et je m’étais décidée à quitter Taipei et partir pour l’Est de Taïwan. Mon plan, passer deux semaines à Hualien pour pouvoir explorer le Parc National de Taroko et les environs, puis faire doucement mon chemin vers le Sud.

Sauf que, toi-même tu sais, je suis plutôt nulle en ce qui concerne les plans.

UN MOIS A TAIPEI

UN MOIS A TAIPEI

J’ai vécu un mois à Taipei, en faisant du HelpX dans un hostel principalement, ce qui me permettait de ne pas payer pour mon hébergement et d’avoir mes aprèms de libres pour visiter et apprivoiser ce nouveau pays. C’est assez difficile de parler de Taipei, d’en lister toutes les choses à voir et à faire, car la ville est si grande que même un mois n’était pas suffisant pour faire toute ce que j’avais prévu d’y faire. Et comme j’ai tendance à vouloir aussi ressentir ‘l’atmosphère’ d’un endroit, j’ai passé quelques après-midis à traîner dans des cafés ou des librairies, ou bien à faire du Geocaching dans les environs de Shilin – en nourrissant des hordes de moustiques au passage avec mon sang bien sucré de Française.