Bosser à Te Anau – Les Fruits & Légumes

-FEVRIER 2016-

J’ouvre les festivités de février avec la danse des fruits et des légumes. Je me rappelle de mon ancien boss chez Virgin, Monsieur Moreau, qui m’avait dit de voir cette tête de gondole comme un étal d’oranges au supermarché. Ça te fait pas envie quand c’est vide, il faut faire une belle pyramide pour attirer le chaland. Propre, plein et bien rangé. C’était sa devise.

Des Mangas aux Oranges il n’y a qu’un pas ? C’est ce qu’on va voir.

(Mon arrivée à Te Anau c’était ICI, et mon job de Kitchen Hand c’était LA.)

(Read this post in English!)

Luxe, calme & volupté.

LES FRUITS & LEGUMES

Quand je rencontre mon équipe, je me rends compte que je suis la seule meuf. Les fruits & légumes un truc de mecs ? On dirait bien. Je me retrouve au milieu d’un sacré melting pot, James et Hamich sont kiwis, mais je bosse aussi avec Marlon des Philippines, Edgar du Mexique, et Pablo du Chili. C’est le moment de se mettre à l’espagnol, hein ! Dès le départ on rigole bien, pourvu que ça dure.

Mon boulot est pas bien compliqué, je fais du réassort de fruits et légumes. Bientôt je deviens la Banana Girl, c’est moi qui fais les pyramides de bananes à l’entrée du magasin. Les kiwis semblent fous de bananes, on en vend des quantités astronomiques tous les jours. J’apprends à me servir de leur cellophaneuse, à découper proprement une pastèque, une citrouille ou un choux fleur, et je goûte à de nombreuses variétés de fruits et légumes comme les kiwi berries (imagine un kiwi de la taille d’une datte ?) ou le kiwano (un fruit pointu qui a le goût à la fois du melon et du concombre…) Marlon m’apprends même à savoir comment choisir un melon (faut lui sentir le cul, si tu savais pas). Du coup, j’ai plus peur des couteaux de la taille d’une scie-sauteuse, et c’est grâce au gant magique en côte de maille qui t’empêche de de te couper les doigts.

Banana Girl

3 soirs par semaine, je participe au Nightfill, le remplissage des  rayons, de 20h à 22h. Je fais équipe avec Isha, une jeune indienne qui a émigré en Nouvelle Zélande avec son mari. On s’occupe ensemble du rayon pâtisseries/fruits secs/graines/diététique/international, et on bave semaine après semaine devant les photos des paquets de gâteaux sans gluten. On maudit les YumYum d’être dans un sacré bordel et on reste perplexes devant tous ces trucs qu’on connaît pas. Je l’aide à pratiquer son français et elle m’invite chez elle pour un traditionnel thé puis dîner indien. Ça pique, mais qu’est-ce que c’est bon !

Quand les clients désertent le magasin vers 21h, Fernando fait péter sa musique improbable et son tube préféré : Bonnie Tyler, ‘Total Eclipse of The Heart‘. Moi je me dis surtout que c’est une sacrée coïncidence de retrouver cette chanson ici, en Nouvelle Zélande, au Nightfill du FreshChoice, sachant que c’est accessoirement le clip qui me fait le plus rire au monde et avec lequel j’ai eu de nombreux fous rires strasbourgeois.


GERTRUDE SADDLE

Vue sur les Milford

Par un beau samedi matin, avec John mon housemate et Clémentine, on décide de partir randonner à Gertrude Saddle. La brochure du DOC nous dit quand même que l’ascension est « challenging » mais qu’à cela ne tienne, on est motivés. On repasse donc sur la Milford Highway (« wooow », « waaaaaw », « amaaaaazing ! ») et on s’arrête juste avant le Homer Tunnel. Là, on s’embarque pour près de 8heures de marche, de grimpette, d’escalade, dans un décor de ouf. Pas de chemin pré tracé, on doit suivre les signes oranges puis les cairns qui nous font grimper, grimper, grimper sur les rochers. On s’arrête aux cascades remplir nos bouteilles d’eau en slip, puis on se baigne dans le lac en soutif, tellement il fait chaud, tellement on sue. On parle peu, concentrés sur chaque pas, sur les pierres qui roulent (et qui veulent ma peau), sur la neige que j’aperçois là-bas (la neige !). On aurait pu s’arrêter définitivement au lac, mais nous ce qu’on voulait c’est du sommet, on voulait voir de là haut.

Comment décrire la plus belle rando de ma vie ? J’ai pas les mots. Des montagnes enneigées, des cascades interminables, un lac immaculé. Et au sommet, là où je me rends compte que j’ai gravi une putain de montagne, la vue… C’te vue sur les Milford, j’en aurais pleuré. Mes photos ne rendent rien de l’immensité, de la grandeur, mais aussi du sentiment de plénitude, d’achèvement, de fierté, de fatigue, de bonheur. Intense.

*

Le lendemain, en ce début février, c’est le moment de dire au revoir à Clémentine, puis à Anja. Pour fêter ça, on se réunit toutes les trois au Redcliff pour le meilleur dîner kiwi de ma vie. Pour une fois la nourriture y est délicate, surprenante et savoureuse. Nos conversations le sont tout autant, puisqu’on se retrouve à discuter de taille (ça compte ? ça compte pas ?) entre le thé et le dessert. Nos éclats de rires résonnent sur les murs rustiques de l’endroit et font sourire la serveuse.

Cette nuit-là, je ne dis pas adieu à Clémentine. On se retrouvera à Bali, n’est-ce pas ? Je l’avoue, j’ai pleuré. En très peu de temps, on est devenues si proches, on a partagé tellement de nos doutes, de nos désirs, tellement de notre vrai nous. C’est un peu comme si j’avais trouvé une sœur, qui veille sur moi et sur laquelle j’ai envie de veiller. Et j’ai envie de partager encore tellement de randos avec elle (dans les alentours de Marseille, hein ?).

Clem & moi

QUEENSTOWN

La semaine suivante j’héberge Anja dans ma chambre, qui me cuisine de bons plats quand je rentre du boulot et avec laquelle je vais découvrir Queenstown à bord de son van lors de mes deux jours off. Queenstown, c’est LA ville de l’île du Sud dont tout le monde parle. C’est l’endroit idéal pour toutes sortes de sports extrêmes (skydiving, bungee jumping, ski, jetski, etc) et THE PLACE TO BE pour faire la fête. Autrement c’est l’endroit où ton argent se fait la malle. J’ai beaucoup d’aprioris, du coup. Au final, je découvre une charmante petite ville au milieu des montagnes, avec vue sur un lac magnifique. L’inconvénient : c’est bondé de monde.

Avec Anja on se balade, puis on va gravir la Queenstown Hill qui nous offre une superbe vue sur la ville et le lac. ON fait le tour des Queenstown Garden et j’initie forcément Anja au Geocaching. On se mange un bon gros burger après chez Devil Burger (parce que le Fergburger, qui est censé être le meilleur burger du monde est bondé de gens), qui est plutôt pas mauvais si on oublie les frites ultra salées. On passe ensuite une bonne partie de la soirée (nuit ?) au Ballarat, un pub sympa où il y a un groupe qui joue. On boit d’immenses cocktails sans alcool pour 4$ et on danse, on danse, on danse et on ri. On passe la nuit au camping pas trop loin de la ville, dans le van d’Anja où elle me prépare un petit déjeuner de chef.

Je laisse Anja à Queenstown, qui continue son voyage. Moi, ce matin-là, je me rentre sur Te Anau en stop.

ET LA ROUTINE A TE ANAU ALORS?

Du coup, ma vie à Te Anau sans mes deux copines c’est pas vraiment pareil. Heureusement, l’équipe du Fresh Choice & la team Green Sunset sont là pour me changer les idées à coups de soirées, de blagues, de cinémas et de dîners.

Je rencontre successivement Brenna (Stewart Island) juste avant son départ pour Singapour, Carmello (Auckland & Hahei) qui se fait toutes les randos possibles dans le coin et surtout je fais la connaissance d’Hélène avec laquelle je partage un carrot cake et une baignade au lac. Hélène, elle bosse pour PVTistes.net et voyage en Nouvelle Zélande avec ce job de rêve. Elle me fait rire, en quelques heures j’ai l’impression d’avoir gagné une nouvelle copine. C’est clair, ici mon cœur explose de rires, de tendresses et d’amour. (oui je suis comme ça, moi, je serre tout le monde dans mes bras.)

(Retrouvez mon interview pour PVTistes.net, ici!)

Le 29 février (bonjour, année bissextile !) j’emprunte la voiture de John, Bubba, pour aller explorer Manapouri et son lac. La ballade de la plage au port de Pearl Harbour est apaisante et charmante. Le lac est si clair, l’eau est translucide. Ici, c’est le point de départ pour les croisières vers les Doubtful Sounds. Malheureusement, il faut se vendre un rein et demi pour se payer la croisière (dans les 200$). Plus tard ce jour là, je vais découvrir de très beaux endroits aux alentours de Te Anau/Manapouri grâce au Geocaching, qui va m’amener aux abords de la rivière Waiau, puis au Te Anau Lookout où la vue sur la ville est impressionnante. J’en repartirais les bras égratignés d’avoir cherché mon butin dans les fourrés, mais heureuse.

Février se termine en beauté.

Février est passé à la vitesse de l’éclair.

Mais j’attends impatiemment Mars, avec ma première rando solo sur le Kepler Track, et surtout:

Mes vacances à Bali !

Détente au bord du lac

CE QUE J’Y AI APPRIS :

  • Je suis incollable sur les noms des fruits et légumes en anglais maintenant.
  • « clingstone », « stonefree », « ripe », « pawpaw » c’est de la papaye, le kiwano c’est bizarre, le kiwiberry c’est bon
  • A jouer aux « Balls », un mélange entre du bowling et de la pétanque, sauf que les boules sont plus lourdes d’un côté, ce qui fait qu’elles font une courbe une fois lancée. En gros si tu vises à gauche, la balle part à droite. Ce qui est plutôt perturbant pour bien viser.
  • L’espagnol : « Come estas ? Mui buen. », « Friolento », « manzana », « pepino », « me gusta cuando sonries »
  • A couper des pastèques, des potirons, du maïs, du brocoli, du chou-fleur, etc, sans me couper et sans avoir peur du couteau tranchant
  • A me débrouiller en rando à Gertrude Saddle sans mourir

Y ALLER :

FRESH CHOICE SUPERMARKET,

THE RANCH, Off Milford Crescent 111 Town Centre, Te Anau

REDCLIFF, 12 Mokonui St,Te Anau

GERTRUDE SADDLE, Milford Highway

KEPLER TRACK, Te Anau

FRASERS BEACH, Manapouri

TE ANAU LIONS LOOKOUT, SH94

QUEENSTOWN HILL, Queenstown

DEVIL BURGER, 5/11 Church St, Queenstown

BALLARAT, 7-9 Mall St, Queenstown

Bosser à Te Anau – Les Fruits & Légumes
Tagged on: