C’est facile de tomber amoureuse d’Ubud

PARENTHESE BALINAISE #1: NAPIER PRISON REUNION

Bali, ça me trottait dans la tête depuis quelques années déjà. On y entend régulièrement le mot « paradisiaque » côtoyer les mots « bonheur », « culture », « paix de l’esprit » et « paysages fabuleux ».

Alors quand Gina me propose l’air de rien de l’accompagner lors de son stop over à Bali avant qu’elle ne rentre en Allemagne, je dis un grand OUI. Je saute de joie quand j’apprends que Selena sera de la partie aussi :

Je vais retrouver mes girls de Napier Prison !

Je travaille dur comme Kitchen Hand et Banana Girl pour me payer les billets d’avion (environ 1000$ aller/retour, une vraie affaire pour un kiwi) et je décide d’en profiter à fond les ballons et d’y rester TROIS SEMAINES.

-Retrouvez mes aventures balinaises ICI !-

(Read this post in English!)

Beautés d’Ubud

Il est beaucoup plus facile de tomber amoureuse d’Ubud. Sur le chemin, dans la navette gratuite, nous rencontrons Larissa, une allemande en PVT Australie ainsi que Chrissie & Maria, deux autrichiennes qui voyagent en Asie du Sud Est. On décide rapidement de construire un petit groupe ensemble avec Hannah, une irlandaise rencontrée à notre hostel élégamment nommé In Da Lodge (t’as capté la référence à 50cent?).


SWEET ORANGE WARUNG

Rizière à Ubud

On suit ce petit panneau en plein cœur d’Ubud qui dit sobrement ‘Rice Field – 50m’ et on tombe sur des rizières. En plein cœur de la ville. Le coup de cœur. Un petit café, le Sweet Orange Warung se tient au milieu des rizières. C’est un café qui sert une cuisine savoureuse, avec des légumes du jardin et qui s’efforce d’aider au mieux la communauté de paysans des rizières pour que cet endroit perdure et ne soit pas revendu aux promoteurs immobiliers aux dents longues. Pour préserver cet environnement naturel et faire prendre conscience de l’importance du recyclage, il est possible d’acheter, et gribouiller une noix de coco qui décorera le restaurant. Les fonds aideront les propriétaires dans leurs multiples actions pour faire perdurer ces paisibles rizières.

On passe quelques heures, là, à contempler les rizières, et ce magnifique coucher de soleil. En buvant des smoothies et en mangeant du Nasi Goreng -un plat local qu’il faut absolument essayer à Bali. C’est à ce moment précis que je tombe amoureuse d’Ubud.

Coucher de soleil sur les rizières

ESCAPADE EN SCOOTER AUX TEGENUNGAN FALLS & TEGALLALANG CEKING RICE TERRASSE

Scooter Gang

Avec notre petit groupe de meuf, on loue des scooters pour découvrir les environs. Entre celles qui ont le permis international mais qui n’ont pas le tampon pour les deux roues, celles qui ont le permis mais qui savent pas conduire, celles qui savent conduire mais n’ont pas le permis, ça nous prend bien une heure cette affaire. Il faut savoir que les policiers sont omniprésents à Ubud, et prennent un malin plaisir à arrêter les touristes à scooter pour leur foutre des amendes. Et comment dire… C’est carrément écrit sur nos gueules qu’on est des touristes (on est majoritairement des blondes en plus- oui des blondes à scooter, y’a de quoi avoir peur) donc on préfère pas tenter le diable, et on trouve un arrangement qui sied à tout le monde: 4 scooters pour 7 meufs.

On se rend donc aux Tegenungan Waterfalls, de superbes chutes d’eau au milieu de la jungle. L’eau y est ENFIN rafraîchissante, je barbote comme une enfant et profite des environs.

Tegenungan Waterfalls

Sur le chemin pour les rizières en terrasse, il se met à flotter. Mais pas de la petite pluie fine, de la bonne grosse pluie qui inonde les routes en un rien de temps. Les balinais sont habitués, ils sortent leurs k-way et leurs capuches et continuent à rouler tranquillement sur leurs scooters. C’est vrai que c’est encore la saison des pluies ici. A Bali, il n’existe que deux saisons, la saison sèche (de mai à novembre/décembre), et la saison des pluies (de décembre à avril). C’est ce qui nous permet notamment d’avoir des paysages si verdoyants. Du coup, comme on est pas préparées, qu’on se balade en short/débardeur parce que la température moyenne doit être de 27-30°, on s’abrite comme des clochardes sous le porche d’un petit magasin de déco, puis d’un supermarché. L’averse une fois calmée, on arrive enfin aux rizières de Ceking Tegallalang, et WOOOOOW.

Ceking

Je reste sans voix. Voilà le Bali que je cherchais, que j’espérais, qui me faisait vibrer. On se promène dans les rizières, en mode aventurières en carton parce qu’on est en flip flops dans la boue. On était pas du tout préparées à patauger dans la boue. Ca me fait sourire parce que ça me rappelle cette fois en Nouvelle Zélande où nous sommes allés sur une plage cachée, et pour moi qui dit plage dit fip flops. Sauf qu’il fallait gravir des rochers glissants et marcher une bonne trentaine de minutes sur un chemin pentu et boueux. C’que je m’en veux des fois d’avoir si peu de jugeotte! En tous cas, sur ces rizières en terrasse, je te garantis que je me sentais bien blonde -mais pas seule.

C’est gigantesque, on s’y perdrait. C’est aussi complètement ahurissant de voir des touristes comme nous déambuler dans les rizières alors que les paysans y travaillent. Ils ont bien compris le filon, il y a des cabanes à boissons et sucreries par ci par là. C’est la fin d’après-midi, et le soleil fait briller l’eau des rizières. C’est assez difficile d’expliquer la magie du lieu à ce moment là. La lumière était parfaite, je trépigne de bonheur d’être là.

Fabulous Team

On passe notre soirée dans ce charmant restaurant, Biah Biah, à se gaver de tapas indonésiens. C’est pas donné, mais on se régale. Gina se découvre une passion pour le Chicken Satay, ces brochettes de poulet à la sauce cacahuète, tandis que je savoure mon premier Gado Gado, des légumes recouverts de sauce cacahuète : le délice en 3D.


LEVER DE SOLEIL A MONT BATUR

Derrière c’est le Mt Agung

A Ubud, je ne perds pas les bonnes habitudes. Pour beaucoup, Bali est synonyme de farniente et de faire la crêpe sur la plage ou au bord de la piscine. Très peu pour moi, merci, je ne tiens pas en place. Alors quand j’entends parler de cette rando sur le Mont Batur pour voir le soleil se lever sur le Mont Agung, la montagne sacrée balinaise, je dis mille fois oui. J’ai un peu plus de mal à convaincre les filles, car le départ se fait à 2h du matin, et qu’on va grimper un putain de volcan pendant deux heures en pleine nuit.

Mt Agung

J’peux te dire que le réveil a été violent. On a ensuite roulé pendant une bonne heure pour nous mener à un petit warung où l’on a pris notre petit petit-déjeuner et récupéré notre pique-nique puis rebelote, on a fait de la route de montagne pendant une heure pour arriver au pied de la montagne vers 4h. Les guides nous équipent de lampes torches, c’est Komang qui s’occupe de nous et avec lequel on va bien rigoler. Premier constat, notre groupe ne comprend que des filles. Deuxième constat, je pense qu’elles ont pas bien réalisé qu’on allait randonner un volcan, certaines sont en t-shirt… On a beau être à Bali, les hauteurs c’est partout pareil, c’est froid et venteux. Troisième constat, certaines n’ont pas de sac à dos non plus du coup c’est Komang qui se trimbale les pique niques sur son dos…

Au sommet du Mt Batur

Il me fait rire Komang, il me dit qu’il est saoulé de grimper la montagne tous les jours, il connaît le chemin par cœur, d’ailleurs, il grimpe même en Converse et se déplace comme un cabri. Mais ça paie bien, et comme il dit ‘No money, no honey’ ou ‘No money, no Bali’.

Agung

On en chie quand même. Ça grimpe sévère. Il nous tend une carotte Komang, il nous dit tout le temps qu’il reste que 15 minutes, mais en vrai ça ressemble plus à une bonne demi-heure. Quand on accède à la première plateforme, Selena décide de s’arrêter là. La vue est déjà super belle, et elle n’en peut plus. Avec Gina on continue comme des braves, et on se tape la partie la plus difficile, de la montée raide sur… du sable. J’ai failli mourir 42 fois à glisser sur mon derrière.

Le singes du Mt Batur

On arrive au sommet. Batur, on t’a dompté mon pote. De là-haut, à 1717m d’altitude, la vue est imprenable. Notamment sur le Mt Agung, son volcan confrère qui culmine à 3142m. Agung est une montagne sacrée, il représente le centre du monde dans la mythologie hindoue. Le soleil se lève doucement teintant de roses et d’orangés le ciel et les nuages en contrebas. On ouvre notre pique-nique, deux tranches de pain, de la confiture, une banane et un œuf dur. On le savoure en silence et on profite de la fraîcheur ambiante. Enfin, presque en silence, puisque l’endroit est bondé de grimpeurs – ce qui terni un peu l’expérience.


Batur a des airs de Batman

Sur le chemin du retour, ça ronfle sec. On fait un arrêt dans une plantation de café pour une dégustation gratuite. J’aime pas le café mais les saveurs sont inattendues, notamment le café à la fraise. On nous sert quand même un sacré bon thé, et ça me réchauffe les entrailles.


Tu peux lire mes aventures balinaises en Anglais sur le blog de Selena: SelenaInNZ

Y ALLER :

SWEET ORANGE WARUNG, Rice field, Ubud

TEGENUNGAN WATERFALLS, Kemenuh, Sukawati

CEKING TEGALLALANG RICE TERRACE, Tegallalang

IN DA LODGE, Jl. Ry. Ubud, Behind klinik Dharma Usada, Ubud

BIAH BIAH RESTAURANT, Jl. Goutama No. 13, Padangtegal Kaja, Ubud

MONT BATUR SUNRISE TREKKING

C’est facile de tomber amoureuse d’Ubud
Tagged on:                                                             

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *