MAIS LE CIEL ETAIT BEAU EN 2016



2016 m’en aura fait voir de toutes les couleurs… de ciel.

Entre des cités rasées, des morts aux kilomètres carrés, des idoles enterrées, un climat croissant d’insécurité, une scène politique qui ressemble à celles d’Ubu Roi, et des échelons gravis de plus en plus haut dans la cruauté humaine… On referme le chapitre 2016 avec un certain soulagement.

Un certain espoir aussi.

(Read this post in English, baby!)

Russel, Nouvelle Zélande

Pourtant en 2016, entre mes multiples nouvelles expériences, explorations, introspections, il y a eu une constante. La contemplation du ciel.

Un certain italien (l’Italian Lover, ouais ouais) m’a appris à regarder le ciel de plus près. Parce qu’en Nouvelle Zélande, il est là à perte de vue, le ciel. Parfois il me disait : ‘regarde, comme le ciel est dingue ce soir !’ Et je levais les yeux. J’ai jamais autant levé les yeux.

Très peu de buildings, très peu de constructions humaines, des plaines vastes, des étendues d’eaux douces ou salées, ça laisse le champ libre au regard pour embrasser le paysage mais aussi le firmament. A 360°, comme je ne l’avais jamais vu auparavant. Avec très peu de pollution lumineuse, certains endroits me faisaient frissonner la nuit tombée. J’avais jamais vu une voûte céleste aussi incroyable, aussi lumineuse, aussi remplie d’étoiles.

J’en ai des dossiers pleins, de ciel. Et je continue de sortir mon (nouvel!) appareil photo, parce que le ciel c’est un peu comme un Kinder Surprise, tu sais jamais ce qu’il te réserve.

Que les nuages tourbillonnent dans le ciel bleu, qu’ils pèsent, comme disait Baudelaire, bas et lourds comme un couvercle ou qu’ils s’agglutinent en océan.

Que les Aurores Australes dansent, que le soleil se couche, se lève, faisant scintiller toutes les couleurs des paysages alentours ou qu’il se prenne pour un peintre mélangeant les nuances de roses, de jaunes et d’oranges.

Que les montagnes attrapent les nuages au vol, qu’ils s’en échappent comme des cascades ou que l’on y voit des moutons, des stégosaures ou de la crème chantilly.

Stewart Island, Nouvelle Zélande
Luxmore Hut, Kepler Track, Nouvelle Zélande
Mont Agung, Bali, Indonésie
Wanaka, Nouvelle Zélande
Mount Aspiring, Nouvelle Zélande
Singapour
Baldersheim, France
Heidelberg, Allemagne
Tarifa, Espagne

J’te le dis, 2017 est plein de belles promesses, si tant est qu’on lève le nez.

J’te souhaite une belle et douce année, mon ami.



MAIS LE CIEL ETAIT BEAU EN 2016
Tagged on:                                                                         

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *