Rotorua la puante


Après notre aventure à Hobbiton, Rotorua nous réserve bien des surprises. Des surprises qui sentent l’œuf pourri, qui font « blop » et qui mouillent.

Au milieu des lacs fumants
Au milieu des lacs fumants

Rotorua se situe dans une zone de forte activité géothermique, car elle est construite à la jonction de deux plaques tectoniques. Autrement dit, c’est le coin parfait pour admirer des geysers, des lacs bouillonnants, des lacs fluos, faire des bains de boue, des bains chauds, etc. Rotorua c’est aussi la ville Maori par excellence, où la culture Maori est très bien représentée, notamment avec des villages, des performances, etc. Ces expériences sont un peu chères, et comme j’ai déjà assisté à un spectacle culturel aux Waitangi Treaty Grounds, je fais l’impasse pour cette fois et me concentre sur les trucs fumants.

Notre première étape : Wai-O-Tapu. J’assiste à l’explosion du geyser Lady Knox. Bon, ok, c’est impressionnant, mais c’est pas très naturel, y’a quand même un monsieur qui, tous les matins à 10h30 vient mettre du savon dans le geyser pour le faire réagir. On a l’impression d’être dans un spectacle de cirque, wouaaa regardez le gentil geyser qui fait le beau… !

Le parc Wai-O-Tapu est quant à lui incroyable ! Il pleut, on est mouillés (et j’aime pas la pluie) mais la beauté de l’endroit rattrape le temps pourri. Là pour le coup, ce sont vraiment des paysages que j’ai JAMAIS vus avant. Des lacs qui bouillonnent, des couleurs improbables, et l’odeur de soufre, omniprésente. Ici, on peut admirer les célèbres « Champagne Pools » en photo dans tous les guides de voyage. Ce lac, grâce à une combinaison chimique dont je ne prendrais pas le risque de vous en expliquer les détails, possède un dégradé de couleurs surréalistes. A cause de la pluie, et parce qu’il est brûlant, il fume. A mort. On essaie tant que bien que mal de prendre des photos dans toute cette buée. Pour sûr on râle comme de sale français à cause de la pluie, mais on regrette pas une seconde d’avoir payé l’entrée. Surtout en face des lacs verts. Et du lac vert… Fluo. C’est un peu comme si la nature nous avait foutu une raclée qu’on avait pas vu venir.

Sur le chemin du retour, on s’arrête aux Mud Pools, un lac de bulles de boue géantes. Ca pue et ça bloblote sévère!

Mud Pools (BLOP)
Mud Pools (BLOP)

Alors que le soleil fait une percée, Flo m’emmène au Kuirau Park de Rotorua qui regorge aussi de petits lacs de boue qui bouillonnent (BLOP), et même d’une piscine d’eau chaude où on peut venir tremper ses pieds. Et Dieu sait que j’adore tremper mes pieds. Surtout avec une vue pareille. On y rencontre même son ancienne hôte de HelpX, Julie, une personne adorable. Oui, la Nouvelle Zélande c’est tout petit, on croise toujours des gens qu’on connaît.

Aux alentours du musée de Rotorua (qui me rappelle un peu l’architecture alsacienne. Si, si, un peu.), dans les Government Gardens, on peut trouver quelques lacs fumants et bulles de boue. On se promène sur le petit chemin (qui sent la noisette) qui longe le lac Rotorua, à la recherche de quelques géocaches sympas, et je trouve Der Pirat que j’embarque dans mon backpack. Le coin est bucolique à souhait, Rotorua m’enchante.

De retour au Funky Green Voyageur, on se pète la panse avec des nouilles aux légumes, sauce Céline. Je suis amusée que Flo trouve ça si bon. C’est pas comme si j’étais connue pour être bonne cuisinière… Le backpack est vraiment accueillant, on passe nos soirées à blogguer devant la cheminée. On y rencontrera cette allemande, Claire, qui parle un français parfait, et avec laquelle on discutera pendant des heures.

Grâce à mes heures supp à la pépinière de Kerikeri, je peux passer une matinée au Hell’s Gate gratuitement. Au programme : visite de la réserve géothermale (je commence à m’y connaitre sérieusement en lacs de boue, lacs fumants, lacs colorés) avec un volcan de boue (oui oui), puis j’apprends la gravure sur bois maorie, pour ensuite me tremper dans un bain de bain de boue et finir dans une piscine de souffre. Bon, ça pue, mais qu’est-ce que ça fait du bien. Et j’ai la peau toute douce maintenant !

A la sortie, je rejoins Flo pour aller nous promener dans les Redwoods (plus précisément les Redwoods Whakarewarewa Forest, une forêt de Sequoias). La forêt est immense, le coin est vraiment super joli, et il y a pleins de chemins de balades à faire. On choisit le chemin vert, le Quarry Lookout Track, une boucle de 1h30, et on s’enfonce dans la forêt. Au bout d’un moment, les Sequoias sont remplacés par des Ferns et des Kauris. Cette forêt est immense !

On en veut encore. On se lance pour randonner autour du Lac Bleu, ou Lake Tikitapu. Ben oui, faut bien perdre le gras accumulé des dernières semaines !

Le lendemain est notre dernier jour. Avant de lever notre pouce pour Taupo, on se balade une dernière fois avec notre micro-voiture. On fait notre chemin jusqu’à Ohinemutu, un village Maori. Ici, de la fumée sort des égouts. Rotorua, t’es vraiment bizarre avec tes trucs fumants et puants partout. La pluie nous agresse de nouveau, mais on s’émerveille quand même devant l’architecture Maori, les Paua Shells et les gravures.

Rotorua, je tombe amoureuse de toi. Tu pues, mais t’es quand même vachement jolie. C’est un pincement au cœur que je te quitte. J’aurais bien passé quelques jours de plus à te découvrir.

Prochaine étape : le lac de Taupo en stop !

Bientôt Taupo...
Bientôt Taupo…

L’article de Monsieur Wellington: ici

Y ALLER :

Wai-O-Tapu, 201 Waiotapu Loop Road, RD 3, Rotorua

Hell’s Gate, 351 State Highway 30, Tikitere, Rotorua

Redwoods, Long Mile Road, Rotorua

Blue Lake, Tarawera Road, Rotorua

Funky Green Voyageur Backpackers, 4 Union Street, Rotorua

Kuirau Park, Pukuatua Street & Ranolf Street, Rotorua

Musée de Rotorua & Government Gardens, Oruawhata Drive, Government Gardens, Rotorua

Ohinemutu, Mataiawhea St, Ohinemutu, Rotorua

Rotorua la puante
Tagged on:                                                                                     

5 thoughts on “Rotorua la puante

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *